De la salive comme oxygène

mise en scène Kheireddine Lardjam

 
Avec : Philippe Baronnet

Notes, février 2010

Par Pauline Sales

C’est l’histoire d’un garçon qui raconte des histoires. Qui a pris cette habitude à l’âge où la vie qu’on a paraît bien en dessous de la vie qu’on imagine, la vie qu’on porte en soi, ses possibles, ses devenirs. Cette vie à venir réduite par le regard, le jugement des adultes, des professeurs aux parents, qui prétendent que vivre c’est choisir, donc renoncer. A l’âge où il est hors de question de renoncer à quoi que ce soit, où l’on veut tout embrasser, tout saisir et refuser le sens des réalités. Quelle réalité ? Qui en veut de la réalité ? Chacun a besoin de trouver un sens à ce qu’il vit. D’une certaine façon, chacun se raconte son histoire. Peut-être faut-il se la raconter pour pouvoir la vivre ? Et pourtant vivre, ce n’est pas seulement se raconter une histoire. Le jeune homme de cette histoire n’a pas vraiment trouvé une autre manière pour se sentir vivant.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez proposer une piste de réflexion sur le contenu de cette page ?
Partagez vos pistes de travail en classe avec les autres enseignants !

Ajoutez une piste de réflexion !

© B. Saugier

Partenaires
  • Le Préau
  • Théâtre de Sartrouville