Derniers remords avant l'oubli

mise en scène Julie Deliquet

 

La Pièce

par Julie Deliquet

La parole de Lagarce et ses non-dits : la parole de Lagarce se prolonge au-delà de ce qui est dit et pose le silence comme seule retenue avant la vérité.
Travailler sur la difficulté de dire. L’impératif de sincérité.
Trouver le mot, celui qui convient et ne trahit pas. Ne pas déborder. Parler trop pour ne pas trop en dire. Savoir où les mots vont, jusqu’où ils vont.
L’illusion de la consolation… Plus on avance dans la pièce et plus on nous tire en arrière vers ce passé qui les unit.
Ce passé, celui d’Hélène, Paul et Pierre ne m’intéresse pas, c’est ce qu’il en reste aujourd’hui qui joue.

Le présent prend en otage tous les protagonistes face à cette vente de la maison. Dans l’écriture de la pièce le silence et la présence peuvent écraser le discours.
Antoine, Anne et Lise peuvent écraser la vieille histoire, même si ils nous apparaissent comme victimes d’une situation imposée. Derniers remords avant l’oubli ce n’est pas les retrouvailles de Pierre, Hélène et Paul, la pièce traite au présent d’un huis clos de 6 personnes qui se retrouvent confrontées au passé des uns qui concerne le futur des autres…

La maison avale, emprisonne et aspire tout ce beau monde autour d’un repas improvisé. Il faudra assister, mettre sur table le passé, l’affronter pour mieux le digérer.
Faire le vide… et vendre ?
Le discours est construit comme une nécessité de parole, un devoir vital pour sauver sa peau.
Il faut convaincre !
Rien n’est quotidien chez Lagarce.
Le personnage, et donc l’acteur, doit obtenir quelque chose de l’autre, et s’il est en “monologue”, il doit le considérer comme un dialogue avec lui-même. La pensée avance toujours, la répétition chez Lagarce nous mène plus loin dans le discours, ce n’est jamais un référent passé, c’est une marche en plus.
Le travail sur les enjeux et les objectifs de chaque personnage est primordial.

L’état de départ plante la pièce et laisse part au discours des uns et à l’écoute des autres.
Qu’est ce qui se joue avant de prendre la parole ?
Qu’est ce qui se joue avant la confrontation ?
Il faut toujours rester vigilant face à cette écriture et prendre le pouvoir !
Ne pas jouer la conséquence dans Derniers remords avant l’oubli, on banaliserait le propos.
Il ne faut pas tout attendre de Lagarce, lui-même a ponctué son discours de « … ».

Dans la première version du texte, il y avait comme des logorrhées ininterrompues, scandées par des virgules et de rares points. La version définitive, elle, introduit des paragraphes et des alinéas.
Après des pages et des pages, l’auteur a essentialisé Derniers remords avant l’oubli et supprimé des passages entiers avec pour traces de ces mots effacés, ces fameux « … ».

J’ai souvent dit pendant le travail, il faut désacraliser Lagarce.
Ce n’est pas lui que je veux entendre c’est la voix des acteurs.
Lagarce on peut lui faire confiance, mais nous, nous devons nous imposer comme une évidence face au texte.
Il faut être insolent avec la langue et prendre le pouvoir pour passer au plateau.

Il faut s’autoriser et se donner la liberté de trouver des réponses hors les mots pour s’approprier le discours et le nourrir d’une vraie sensation et non d’une idée présupposée.
Nous avons abordé les non-dits et les « … » par un travail d’improvisation collective où l’acteur prend la parole et le pouvoir de ses propres choix.

français

Pour aller plus loin

Vous souhaitez proposer une piste de réflexion sur le contenu de cette page ?
Partagez vos pistes de travail en classe avec les autres enseignants !

Ajoutez une piste de réflexion !