Deux pas vers les étoiles

mise en scène Jérôme Wacquiez

 

Projet de scénographie

Le point 1 et le point 3 du parti-pris seront révélés par la scénographie, le point 2 par le jeu des comédiens.
Lieu magique où il fait bon inventer sa vie et partager ses secrets.
Invention d’un monde imaginaire pour se découvrir, exister et grandir.

Dans la pièce, les deux personnages ne font que partir de chez eux pour finalement y revenir. La scénographie reprend cette idée de rotation d’un point A à un point B en formant un cercle, et les points A et B sont les mêmes.

L’enfant a une perception de son environnement, du monde et des objets qui l’entourent toute autre que celle de l’adulte. Dans la pièce, l’auteur utilise beaucoup d’accessoires. Comment appréhender ces objets ?
Le corps de l’enfant perçoit l’objet et appréhende l’espace d’une façon qui lui est propre. Cette perception évolue avec l’âge. La taille des objets perçue par un enfant peut être démesurée par rapport à la réalité d’un adulte.
Ces enfants créent leur univers, s’inventent un monde imaginaire ; Cornélia et Junior jouent avant tout à voyager, leur voyage intérieur est riche. Ils sortiront grandis de cette expérience d’un jour et d’une nuit.
Création de coquilles qui peuvent être assemblées, déboitées, manipulées, cassées.

Les deux personnages s’inventent, se réinventent, se rééquilibrent pour ne pas être malheureux face au regard des autres enfants et face aux adultes suggérés dans la pièce.

Dans une écriture pointue, Jean Rock Gaudreault parvient à nous transmettre le désir gigantesque, partagé qu’ont ces deux personnages de grandir, tout en puissance et en sensibilité.

Deux pas vers les étoiles est un dialogue entre deux enfants qui s’aiment, et qui apprennent à s’aimer.

Dossier de presse - Cie des Lucioles

Pour aller plus loin

Vous souhaitez proposer une piste de réflexion sur le contenu de cette page ?
Partagez vos pistes de travail en classe avec les autres enseignants !

Ajoutez une piste de réflexion !