Connexion mon théâtre

 
Le Suicidé
 

Le Suicidé

de Nikolaï Erdman

N'importe comment, mais vivre. Quand on coupe la tête à un poulet, il continue de courir dans la cour la tête coupée, même comme un poulet, même la tête coupée, mais vivre. Camarades, je ne veux pas mourir : ni pour vous, ni pour eux, ni pour une classe, ni pour l'humanité, ni pour Maria Loukianovna. Dans la vie, vous pouvez être des gens très chers, des bien-aimés, des proches. Même les plus proches. Mais devant la mort, que peut-il y avoir de plus proche, de plus aimé, de plus cher que son bras, que sa jambe, que son ventre ? Je suis amoureux de mon ventre camarades. Je suis amoureux fou de mon ventre, camarades.

 

Mises en scène

Mise en scène de  Patrick Pineau

À Moscou, au milieu des années 30, Sémione Podsékalnikov se réveille en pleine nuit avec un petit creux à l’estomac… À partir de cette situation banale et quotidienne, Nicolaï Erdman imagine une comédie burlesque et folle, un tourbillon loufoque, une machine infernale de théâtre où même l’impensable devient possible. Analyse impitoyable d’une société où seuls les morts peuvent dire tout haut ce que les vivants pensent tout bas, Le Suicidé a survécu... lire la suite

Affiche de Le Suicidé