Le Vertige des animaux avant l'abattage

mise en scène Caterina Gozzi

 

Dramaturgie de l’espace, mise en scène et scénographie

Extrait d’un dialogue public entre l’auteur et le metteur en scène :
retour sur la rencontre avec Dimitris Dimitriadis, le 9 novembre 2009 aux Ateliers Berthier.

Caterina Gozzi – Ma rencontre avec l’écriture de Dimitris Dimitriadis remonte à cinq ans.
David Wahl m’a fait lire Le Vertige des animaux avant l’abattage à Orléans. Je l’ai ensuite fait lire à Agnès Troly, pour qui la rencontre avec cet auteur fut un véritable choc.

Dimitris Dimitriadis – (...) Le noyau du Vertige des animaux avant l’abattage est tragique. Le point de départ de cette pièce est le livre de Job. Job ne cesse de se demander «Pourquoi».
Les trois personnages de la pièce sont en même temps trois questions. Les mots qu’ils emploient appartiennent à une sorte de prophétie sibylline.
Ils forment un chœur antique mais ils sont essentiels à l’action, ils ne font pas que la commenter comme dans la tragédie antique. La forme tragique subit ici certaines déviations : c’est une tragédie qui commente sa propre forme.

C.G. – On est dans un mouvement circulaire. A, B et C, les personnages, sont dans l’impossibilité de trouver leurs limites et se distinguent par leur singularité. Ils détiennent un pouvoir considérable : l’art de manipuler la pensée de l’Histoire.

D.D. – L’introduction à toutes les pièces tragiques donne les raisons pour que la tragédie en question existe.
L’introduction de Vertige des animaux avant l’abattage est pleine de contradictions mais elle parle de l’évolution et du terme de la pièce. Les trois personnages A, B, C sont la folie de la pensée dans un état d’excès.
Ils exécutent une mission. Ils représentent quelqu’un qui est au-dessus d’eux, qu’on ne voit jamais et qui n’existe peut-être pas. Ils sont trois instruments d’une action qui est en marche de façon irréversible. (...)
Le divin fonctionne ici comme une énigme, quelque chose que l’on ne peut pas expliquer. Le père se pose un tas de questions dont les réponses posent de nouvelles questions.

C.G. – Dans l’histoire, les personnages ne se questionnent pas sur les choses qui leur arrivent, ils ne se posent pas les questions qu’il faudrait. Cette passivité est contemporaine. Le mouvement de questionnement est amorcé quand il est déjà trop tard.
Le Job moderne n’accepte pas qu’on lui réponde par des questions. Dans la Bible, Job accepte le mystère de la création.

D.D. – La pièce va de la lumière à l’obscurité totale. L’obscurité n’est pas à prendre dans le sens négatif car pour moi elle est source de création et de sens ; elle est un chemin sans fin. La nuit intérieure qui ne finit jamais est la grande nourriture de la pensée et de l’art. La place du théâtre est ici.

Daniel Loayza (conseiller littéraire et artistique à l’Odéon-Théâtre de l’Europe) – Tu es un de ces poètes de la scène qui sont dans une démarche de connaissance, dans une recherche et non dans une complaisance de l’obscurité.

D.D. – Je confesse mon ignorance totale sur la nature humaine. Le point de départ du théâtre est l’inconnu. C’est pourquoi Le Vertige des animaux avant l’abattage est une sorte d’aporie théâtrale, une énigme. La pièce commence par une pensée folle.
Je voudrais qu’elle déclenche une pensée folle, qu’elle déclenche une acceptation de l’ignorance, qu’elle extirpe des idées reçues. (...)

C.G. (au sujet de son travail sur Le Vertige des animaux avant l’abattage) – J’ai la chance de travailler avec une équipe exceptionnelle. Quand je travaille sur une mise en scène, j’ai toujours besoin de penser à l’espace. C’est ça aussi, ma manière de porter un texte sur le plateau. On est complètement excités de faire ce travail. En plus, on a la chance d’avoir Dimitris Dimitriadis avec nous. C’est la première fois que je parle au public avant la création d’un spectacle. C’est un exercice très étrange. J’aimerais qu’on puisse encore en parler après !

  • Retranscription par Camille Radoux, étudiante en art dramatique
  • http://www.lesouffleur.net/spip.php?article1167
  • Lien vidéo de la rencontre sur site Theatrecontemporain.net :
  • http://www.theatre-contemporain.tv/video/Rencontre-avec-Dimitris-Dimitriadis

français

Pour aller plus loin

Vous souhaitez proposer une piste de réflexion sur le contenu de cette page ?
Partagez vos pistes de travail en classe avec les autres enseignants !

Ajoutez une piste de réflexion !