Nous, les héros (version sans le père)

Jean-Luc Lagarce

 

Comique

On peut trouver chez Lagarce des exemples de comique physique et visuel‚ lié aux gestes des personnages‚ aux costumes et au décor. Mais le comique lagarcien est essentiellement verbal. On peut identifier quelques catégories générales du comique verbal : à savoir le comique grossier (le langage vulgaire‚ les insultes) ; le comique de l’absurde (qui prend parfois des intonations philosophiques) ; le comique social (lié à des rituels sociaux et/ou à une gêne sociale) ; le comique langagier (où le langage même est l’objet du rire) ; le métacomique (qui exprime ou provoque une réaction critique vis-à-vis de la notion du comique‚ du rire‚ de la plaisanterie‚ du ridicule‚ etc.).

Les remarques métacomiques dans Nous‚ les héros amènent le spectateur ou le lecteur à réfléchir aux inconvénients et aux bénéfices d’une esthétique théâtrale mixte‚ qui cherche à combiner des éléments comiques et des éléments dramatiques. Lagarce se sert du théâtre pour soulever des questions sur la fonction sociale du théâtre et sur son rapport au public. Il demande à quel point le théâtre peut et doit avoir un but sérieux‚ voire didactique‚ et à quel point il se voit limité à l’amusement du public.

Les manifestations du comique chez Lagarce sont multiples‚ et l’humour s’avère un sujet de commentaire‚ voire de débat‚ qui traverse son œuvre théâtrale. Tantôt l’auteur cherche à nous faire rire‚ tantôt il nous force à nous interroger sur le sens du rire.

Peter Vantine, enseignant (université de Wisconsin-Madison, USA)